Bijoux p. 40 C2
Tintin en musique

 

La musique occupe une place importante dans les aventures de Tintin, ne serait-ce que par la présence plus ou moins supportable du Rossignol Milanais! Au fil des albums, le lecteur rencontre des airs et des mélodies parfois connus, parfois inconnus... Qu'est-ce qui a poussé Hergé à parsemer son oeuvre de références musicales? D'une part, il avait dû subir tout au long de son enfance l'intérêt de ses parents pour l'art lyrique, de mauvais souvenirs dont il a voulu quelque peu se venger en ridiculisant l'opéra par la Castafiore. L'influence de son collaborateur Edgar Pierre Jacobs, ancien baryton qui deviendra l'auteur de Blake et Mortimer, y est sans doute aussi pour quelque chose.

Dans son numéro 457 de mars 1999, le magazine musical français Diapason publiait un dossier d'Ivan A. Alexandre intitulé « Tintin à l'opéra ». À partir de ce dossier, l'équipe de Diapason a conçu le disque Tintin et la musique, une heureuse initiative qui nous permet enfin de découvrir et écouter la musique qui habite les albums de Tintin. En voici un aperçu, accompagné de courts extraits pour vous mettre en appétit...
 
 
Congo p.35 C1
p. 35 C1
Commençons par Tintin au Congo, où les pagayeurs congolais entonnent un chant traditionnel en page 35. Ce chant existe réellement, et Hergé en a fidèlement retranscrit les paroles...

Chant du fleuve Congo

Dans Les Cigares du Pharaon, Philémon Siclone nous montre par deux fois qu'il est un mélomane averti. Tintin le découvre tout d'abord, à la page 36, fredonnant « Sur la mer calmée », traduction française du célèbre « Un bel di vedremo » de l'opéra Madame Butterfly de Puccini. Un peu plus tard, lorsque Tintin l'interroge à la page 41, la simple mention des « yeux » lui rappelle les paroles de l'air « De l'art la splendeur immortelle » tiré de Benvenuto Cellini d'Eugène Diaz.

Sur la mer calmée
De l'art la splendeur immortelle

Cigares p. 36 A2
p. 36 A2
Cigares p. 41 B2
p. 41 B2
Oreille p.1 C3
p. 1 C3
Au tout début de L'Oreille cassée, le gardien du Musée ethnographique rompt la monotonie de son travail en chantant le célèbre « Air du Toréador » de l'opéra Carmen de Bizet.

Air du Toréador

Sous l'effet de l'ivresse causée par les vapeurs de vin, à la page 55 du Crabe aux pinces d'or, Tintin et Haddock se lancent dans un mini récital. Tintin entonne alors « L'Air de Jenny » tiré de l'opéra comique La Dame Blanche d'Adrien Boieldieu, d'après l'oeuvre de Walter Scott. Cette allusion est particulièrement intéressante quand on sait que, dans le récit de Scott, la Dame Blanche est un masque d'une orpheline protégeant un château dont l'héritier a mystérieusement disparu. À la fin, le château est racheté lors d'une vente aux enchères par un officier qui découvre un trésor caché dans une statue. Coup de théâtre final, le jeune officier se révèle être nul autre que l'héritier. On reconnaît là une bonne partie de l'intrigue du Trésor de Rackham le Rouge!

Air de Jenny

Cigares p. 55 B2
p. 55 B2
Boules p.11 C3
p. 11 C3
Et maintenant, une pièce qui n'a pas besoin de présentation, et que la Castafiore chante dans de multiples albums, ici dans Les 7 boules de cristal. C'est, bien entendu, « L'Air des bijoux » de l'opéra Faust de Gounod...

Air des bijoux

Dans Le Temple du Soleil, nous revenons à un répertoire ethnomusicologique. Avec le même souci du détail que dans Tintin au Congo, Hergé retranscrit fidèlement le chant sacré traditionnel inca que nos héros entendent alors qu'on amène Tournesol. Sur une note nettement plus gaie, le capitaine Haddock exprime sa joie en entonnant Le soleil et la lune, une chanson de Charles Trénet.

Chant sacré traditionnel inca
Le soleil et la lune

Temple p. 57 A3
p. 57 A3
Temple p. 59 D1
p. 59 D1
Or p.1 C1
p. 1 C1
Une autre chanson du Fou chantant apparaît dans Au pays de l'or noir, habilement transformée par Hergé en une publicité de Simoun!

Boum!

Tibet p. 61 A1
p. 61 A1

Beaucoup plus difficile à transcrire en mots est cette musique rituelle tibétaine qui accueille nos héros de retour du Museau du Yack dans Tintin au Tibet...

Musique rituelle tibétaine
 
 

Bijoux p. 29 D1
p. 29 D1

Ces quelques notes qui soulignent l'aubade de l'Harmonie de Moulinsart dans Les Bijoux de la Castafiore ne peuvent correspondre, selon M. Alexandre de Diapason, qu'à l'air « Les gars de la marine », une composition de Heymann et Werner pour un film de 1931 intitulé... Le Capitaine Craddock!

Les gars de la marine
 
 

Si vous souhaitez en savoir plus, je vous recommande l'excellent dossier du no. 457 de Diapason et, évidemment, le disque Tintin et la musique, distribué par les Disques Concord.
 
 

Page prÈcÈdente...
Page précédente...

Sous-marin




Retour ý la page principale